La naissance des Epesses

Dès 884, on retrouve dans certains textes, l’existence d’une église Santa Maria de SPISIS, mot latin signifiant « Epines » (fourrés) d’où par analogie le nom de LES EPESSES, et de ses habitants les Spicéens.

Cette première église construite à l’emplacement de la nef centrale de l’église actuelle, était propriété de l’abbaye bénédictine de VEZELAY.

En 1050, un prieuré dépendant toujours de ces mêmes bénédictins de Vézelay, est fondé au lieu-dit BELLEVUE – chemin du Priouté, dans le haut bourg des Epesses.

L’influence du Puy du Fou

L’histoire et l’évolution de la cité sont fortement liées au château du Puy du Fou, situé sur la commune des Epesses, terre d’accueil du spectacle cinéscénique mondialement connu.

À quelques centaines de mètres de l’actuel château Renaissance, les vestiges d’un premier château fort médiéval sont toujours bien visibles.

Très vite, il se forme au XII et XIIIème siècles, à proximité de ce château, une agglomération appelée Bourg-Bérard, composée de laboureurs, d’artisans, ainsi que de serviteurs et soldats du château.

Mais par la suite, les Seigneurs du Puy du Fou voulurent éloigner cette population et firent construire (vers l’an 1400), à l’emplacement de l’actuelle cité des Epesses, près de la chapelle Saint Jean et de l’église paroissiale en partie existante, un grand nombre d’habitations, pour y loger les habitants de Bourg-Berard.

Après la destruction du château médiéval par les troupes anglaises pendant la guerre de Cent Ans, vint la construction de l’actuel château Renaissance, ainsi que de l’agrandissement de l’église des Epesses (1600-1620).

Les Armoiries

blasonLes armoiries des Epesses se blasonnent : coupé,

  • en I: mi-parti, au premier de gueules à trois macles d’argent posées deux et un; au deuxième d’or au double cœur de gueules;
  • en II: d’or au chêne arraché de sinople.

Le premier du parti reprend les armoiries de la famille du Puy du fou. Le double-cœur vendéen indique l’attachement de la commune à la Vendée. Le chêne origine rappelle l’étymologie du nom de la commune Épesses qui vient du latin spissis. La devise signifie Audace et sagesse.

La Révolution

Nous en sommes à la période révolutionnaire qui comme partout dans le bocage, connut exactions, pillages, massacres surtout en 1793/1794 avec le déferlement des colonnes infernales de Turreau. Le 26 janvier 1793 une colonne vint spécialement de CHOLET pour « révolutionner » la commune des Epesses.

Faits marquants :

  • Le château fut incendié cette année-là, et seule l’aile gauche fut épargnée par le feu. L’église des Epesses ayant été déclarée Bien National (elle servait d’entrepôt)est restée intacte.
  • Un des derniers combats des guerres de Vendée eut lieu dans les bois entre Les Epesses et le Puy du Fou, et tourne à l’avantage des Vendéens ; c’était en novembre 1799.
  • Un prêtre réfractaire l’abbé Chapelain qui se cachait dans un arbre creux fut découvert et exécuté par des révolutionnaires. Un vitrail de l’église de Saint Hilaire de Mortagne rappelle le souvenir de ce prêtre martyr.

Le développement économique

À partir de 1840, de grands travaux furent entrepris pour la création et l’amélioration des routes. C’est à partir de cette date que le tracé des routes actuelles fut établi.Il s’ensuit un développement de l’activité économique et commerciale, surtout vers Cholet. Intense activité du tissage qui se pratiquait dans la plupart des maisons et surtout dans les caves de la rue du Pavé et du Haut Bourg.On y tissait de la toile pour mouchoirs, chemises et les draps (lin et coton) ; le lin étant même cultivé et filé dans les campagnes.

L’activité industrielle est aussi prépondérante à cette époque sur la Sèvre, grâce à l’énergie hydraulique.

L’activité agricole se développe avec l’accès aux foires importantes comme Cholet.

Autre étape marquante : La réalisation de la ligne de chemin de fer en 1914. La ligne fut inaugurée quelques jours seulement avant la grande guerre de 14/18.

Malgré les guerres successives, en particulier la première guerre mondiale si cruelle pour Les Epesses – 110 inscrits au monument aux morts, les activités industrielle, agricole, artisanale se sont développées depuis la seconde guerre mondiale.

Et maintenant, un nouvel atout « l’activité touristique ». Nous abordons ainsi une nouvelle étape dans l’histoire de la cité avec le spectacle de la Cinéscénie du Puy du Fou et le Grand Parc. Il faut avoir vu le spectacle de nuit, véritable chef d’œuvre, à la gloire de ceux qui ont fait notre histoire, pour comprendre et apprécier le dynamisme, la ténacité et la rigueur des habitants de la région qui, bien que très attachés à leurs racines savent se tourner résolument vers l’avenir. Audace et Sagesse, telle est la devise de la cité.

Localisation