Le vieux château

Il fût construit au XIIème siècle et détruit au XVème.

Les ruines servants de décors au Bal des Oiseaux Fantômes sont les vestiges du premier château du Puy du Fou qui succéda à une installation fortifiée comme celle que l’on peut voir lors du spectacle des vikings. Ce château-fort fut édifiée au XIIème siècle par Renaud du Puy du Fou. A l’époque il faut imaginer que la forteresse est entourée d’un village, le Bourg-Bérard. Le château connait une grande affluence sur la région, chaque année se tenait une grande foire qui devait s’étendre du lieu-dit de la Grange à celui de la Forge non loin du Puy du Fou.

La forteresse fut détruite au XVème siècle en 1430, pendant la Guerre de Cent Ans, par les anglais. Les ruines du tout premier Château de Renaud du Puy du Fou tombent dans l’oubli et ne seront mises à jour que 500 ans plus tard par le club archéologique du Puy du Fou !

Le château renaissance

La construction du XVème au XVIIème siècle

L’ancien château devenu ruine, Guy II du Puy du Fou entreprit la reconstruction de sa demeure à un endroit plus agréable, près d’un point d’eau. C’est donc à l’emplacement actuel du Château Renaissance, surplombant l’étang du Puy du Fou, que se dressait alors une grande construction fortifiée dont on peut encore voir la trace sur l’aile gauche près de l’entrée de l’actuel château.

En 1527, François II du Puy du Fou entreprend à son tour de nouveaux travaux et érige un nouveau château, à la place du précédent. Inspiré par sa femme Catherine de Montmorency-Laval, la célèbre Dame du Puy du Fou. Vers 1545 il élève le grand corps de logis de style Renaissance, en briques et en granit (Partie aujourd’hui ruinée servant de toile de fond à la Cinéscénie)

En 1530, le Roi de France François Ier serait, ce qui n’est pas confirmé historiquement, venu séjourner au château. Ce séjour royal reste bien ancré dans la tradition et laisse au Puy du Fou un certains prestige toujours vivant.

Le fils de François II du Puy du Fou et de Catherine, René Ier Maréchal de France, épouse en 1539 Catherine De La Rochefoucauld qui à la mort de son mari en 1566 reprend les travaux du château. Elle fait construire le grand escalier, la grande loggia, la salle des gardes et la galerie d’apparat. Dès lors le château prend la forme que l’on connait aujourd’hui.

Le déclin des Puy du Fou n’a pas permis de construire une galerie d’apparat symétrique à la première. Le château restera donc inachevé.

Le château sous la Révolution au XVIIIème siècle

Le 21 janvier 1794, les Colonnes Infernales sont en route et vont semer la mort jusqu’à l’été dans toute la région leur mission est de piller tout ce qui peut l’être et de détruire le reste par le feu : villes villages, hameaux. Tout individu : homme, femme, enfant, vieillard, selon les ordres devra être tué même si il prétend être fidèle à la République.

Le 26 Janvier 1794, une des colonnes dirigée par Boucret arrive aux Epesses, elle ravage la paroisse par la mort et le feu.

Le château connait le même sort que le village : les lambris dorés, les plafonds sculptés, les meubles précieux tout est brûlé, consumé par les flammes. Du corps de logis François II ne reste plus que les murs, l’aile gauche elle fut miraculeusement épargnée.

La réhabilitation du château au XXème siècle

Pendant un siècle le Puy du Fou change de propriétaires, en 1949 le château et ses terres sont vendus aux enchères. Il est vendu à un notaire de Bressuire Maître Louis Savard. Avec sa femme ils vont remettre en état la cour, réhabilité les lieux et l’étang sera rétablis aux pieds de la terrasse comme il l’était au XVème siècle. En 1962 le château est classé monument historique. Après la mort de ses parent Gustave Savard hérite du Puy du Fou mais n’en veut pas et décide de le vendre au conseil général de la Vendée, on est en 1977, au même moment un jeune homme, Philippe de Villiers, parcours le Haut Bocage vendéen à la recherche d’un lieu pour son spectacle historique.

Il s’arrête au Puy du Fou le 13 juin 1977, dès lors, inspiré par la beauté des lieux, abrités sous trois petits sapins de l’autre côté de l’étang, face au château mutilé qui se reflète sur l’eau, Philippe de Villiers écrit la Cinéscénie, connu comme le plus grand spectacle de nuit au monde.

Depuis le Puy du Fou est salué comme une réussite mondiale. Chaque année plus de 2 millions de visiteurs assistent à la Cinéscénie et visitent le Grand Parc qui s’est construit en parallèle avec ses nombreux spectacles à thématique historique et ses reconstitutions de villages d’antant.